Nouvel Eloge de la Paresse

Samedi 20 mars 2010 à 10h13

C’est décidément très tendance d’être adepte de la décroissance (la rime n’est pas riche, donc elle est acceptable). Consommez moins, ne vous laissez plus séduire par la pub, faites moins d’enfants (ce sera mieux pour la planète, paraît-il). Puisqu’on vous le dit : le bonheur est dans le pré, tout seul, entre le Larzac et la vie monacale. Et aussi, bien sûr, arrêtez de travailler ! Cette activité bourgeoise qui vous pollue la vie et vous pousse, justement, à dépenser inutilement…

Je propose que tous les conseillers de Pôle Emploi donnent la nouvelle petite bible des « anti-boulot » aux pauvres chômeurs qui s’évertuent désespérément à chercher du travail : il s’agit du  nouveau livre de Philippe Godard (philosophe ? historien ? sociologue ? expert ès quoi, au juste ?), Toujours contre le travail (Aden Belgique). Je suis sûr qu’ils seront ravis d’apprendre que ce qu’ils pensent être leur planche de salut – le travail – est totalement dépassé…

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Bras d’honneur II ?

Vendredi 19 mars 2010 à 10h03

Très rigolo, ce sondage CSA pour Le Parisien : à deux jours du deuxième tour, on nous prédit que l’abstention va encore gagner trois points par rapport au premier tour, en affichant 56%. Pour ceux qui n’auraient pas compris que les Français ont un message, que leur non-vote est intentionnel (lire le billet du 15 mars), voici une deuxième couche. Les responsables politiques de tous bords se sont pourtant démenés pendant toute la semaine pour remobiliser leurs électeurs potentiels. S’ils n’avaient réussi qu’à les démobiliser un peu plus, avouons que la situation serait cocasse. Les réglements de compte vont sûrement commencer dès le 21 mars au soir…

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Zappé, le jeu de la mort

Jeudi 18 mars 2010 à 10h50

Je sais que le « Jeu de la mort » a ravi tous ceux qui n’aiment pas la télé. Et tous ceux qui n’aiment pas « l’humain » en général, toujours prompts à en dénoncer les turpitudes – le sadisme, la jalousie, la délation, etc – plutôt qu’à chercher ce qui en fait parfois la grandeur… Mais j’avoue que les mauvaises audiences du documentaire faussement événementiel de Christophe Nick m’ont réconfortée. Non, la combine n’a pas marché ! Le matraquage promotionnel dont a bénéficié le documentariste, le budget conséquent alloué à cette soirée interminable (2,5 millions d’euros), avec en bonus un remake pâlichon des Dossiers de l’Ecran, tout cela n’aura pas suffi à convaincre le téléspectateur. On voulait lui montrer la barbarie télévisuelle ? Il a pris le vrai faux jeu de la mort pour de la science fiction. Le service public voulait lui faire passer le message subliminal que TOUTE la télé n’était pas pourrie, qu’il suffisait de fuir les expériences extrêmes de téléréalité pour choisir LES chaînes qui faisaient, elles, de la bonne télé ? Il n’a pas compris pourquoi on cherchait à le culpabiliser : il voulait juste un programme sympa, intéressant, divertissant. De la télé, quoi. Il a zappé. Ca alors…

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

L’abstention est à tout le monde

Lundi 15 mars 2010 à 10h40

Vous avez dit abstention ? Oui, quand même, 53,6% des électeurs qui vont aux champignons, c’est beaucoup. Surtout qu’il n’y a pas de champignons à ramasser, en mars. Il n’y avait pas non plus de vacances scolaires, ni de météo propice aux excursions, ni de pulsion érotique liée à l’arrivée du printemps. Non, nous étions encore en hiver, il faisait (relativement) froid, il n’y avait vraiment rien de mieux à faire ce jour-là que d’aller voter. Aucune excuse à trouver du côté du hasard ou de la faute à pas de chance… Si les Français se sont massivement abstenus, le dimanche 14 mars, c’est vraiment parce qu’ils avaient décidé de le faire. C’était LEUR message politique à la classe politique : ras-le-bol de vous ! même pas cap’ de dire à quoi servent les régions ! même pas envie de voter CONTRE vous. Aussi déstabilisant qu’une femme lorsqu’elle quitte un homme sans avoir d’amant… Une vraie remise en cause.

Ladite classe politique, normalement, aurait dû s’en émouvoir. Mais pas du tout ! Bien sûr, chacun prenait un air navré devant cette désertion du devoir civique. Comme dans la parabole du fils prodigue – l’Evangile du dimanche 13 mars, justement ! – tous les candidats pensaient ouvrir leurs bras pour récupérer le citoyen pêcheur, au deuxième tour. C’est promis, on lui pardonnerait son écart. Un peu de prosélytisme entre les deux tours, et l’affaire serait dans le sac. Grâce aux abstentionnistes revenus dans le droit chemin, la gauche allait conforter son succès et, peut-être, donner à Martine Aubry le grand chelem dont elle rêve ; quant à la droite, elle y voyait une immense réserve de voix, dans laquelle il suffirait de puiser pour éviter la débâcle, dimanche prochain.

Mais voilà, les abstentionnistes sont libres. Ils n’appartiennent à personne. Ils font ce qu’ils veulent. Et quant à penser qu’ils pourraient se laisser séduire en une semaine de campagne, c’est quand même oublier un peu vite les raisons qui les ont poussés, justement, à se mettre en dehors de la vie de la Cité…

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Rumoeurs

Vendredi 12 mars 2010 à 16h23

Cela faisait assez longtemps qu’on n’avait pas entendu parler de la vie privée de Nicolas Sarkozy. Pas de divorce express ni de remariage expéditif en vue. Quelques petites rumeurs d’incartades, de ci, de là, mais rien de bien sérieux. En tout cas, pas de quoi alimenter un deuxième tome de Sexus Politicus, le best-seller de Christophe Dubois et Christophe Deloire.

C’était sans compter sur le net, lanceur de rumeurs et accélérateur de particules amoureuses. Un tweet « retwitté », la blogosphère qui s’enflamme, … et la presse trash anglaise s’en mêle. Voilà Sarko, Carla, Benjamin Biolay et Chantal Jouanno en “Une” du Sun et du Daily Telegraph le 10 mars. Guy Birenbaum, sur son blog, regrette « Internet et LA rumeur ». La presse française se tait. Non pas qu’elle soit tétanisée par le tabou de la vie privée (tabou qui a déjà largement sauté), mais plutôt parce qu’un tel étalage d’infos non vérifiées, sorties d’une source non identifiée, la laissent perplexe. On dira que c’est tout à son honneur. Ce qu’on comprend moins, c’est pourquoi elle finit par en parler. Interrogé au cours de son voyage à Londres, Sarkozy ne répond pas au journaliste qui l’interroge sur le sujet. Et cette non-réponse autorise un vrai sujet. Bizarre, bizarre…

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Longuet, tollet !

Mercredi 10 mars 2010 à 10h00

Le président du groupe UMP au Sénat a-t-il fumé la moquette ? Le non-lieu dont il vient de bénéficier dans l’affaire du Parti Républicain, après 15 ans de procédure, aura-t-il agi sur son cerveau comme un champignon hallucinogène ? Ou comme du penthotal qui révèle au grand jour l’indicible vérité ? En disqualifiant Malek Boutih de la présidence de la Halde, au motif qu’il n’appartiendrait pas au « corps français traditionnel », Longuet a fait fort. Très fort. Tollé à gauche, on s’en doute. Mais consternation à droite, également. Personne n’avait vu le coup venir ! Et surtout pas Sarko, furieux de tant de bêtise, à quelques jours du premier tour des régionales. Et qu’on ne nous dise pas que cela faisait partie d’une tactique anti-Le Pen très « sioux », pour capter les voix du Front National. Personne n’y croirait. Comprenant son énorme bourde, Longuet a tenté d’édulcorer et d’expliciter son propos. En fait, s’il préfère un « vieux bourgeois protestant » à un beur parfaitement intégré, c’est parce que « le fait d’être socialiste ne donne pas un droit absolu à présider un organisme de l’Etat français. » En clair, ras-le-bol, l’ouverture… Mais Schweitzer, justement, il n’a pas été directeur de cabinet d’un certain… Laurent Fabius ? Bref, le raisonnement est complètement foireux. Et Longuet n’est pas près de présider un organisme bien français…

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Sarko et le cul des vaches

Samedi 06 mars 2010 à 18h59

Clap de fin. La grande farce du Salon de l’Agriculture s’achève donc aujourd’hui avec la visite matinale de Nicolas Sarkozy. Que n’aura-t-on écrit sur sa « non-inauguration » ? Combien de papiers, de réactions, de commentaires, sur ce qui reste, quand même, un non-événement absolu : le président de la République a préféré clore plutôt que de lancer la 47ème Grande Ferme de la Porte de Versailles à Paris. La belle affaire ! Les grands mots sont aussitôt sortis : mise à mal d’un « rite républicain », nous dit-on, sans rire. Et surtout sans vérifier que François Mitterrand, par exemple, n’y a jamais mis les pieds.

Mais voilà, il y a eu Chirac, et ses longues heures passées, chaque année, à flatter le cul des vaches de Salers et autres races. Avec son incroyable popularité (politiquement post mortem), l’ancien président aurait donc sanctuarisé l’inauguration du Salon, et le nouveau président commis un crime de lèse majesté en dérogeant à cette règle. Du coup, Villepin a flairé l’ouverture, puisqu’il a passé la bagatelle de 9 heures dans les allées de la Porte de Versailles. Quant à Martine Aubry, elle nous a parlé de ses racines paysannes qu’on n’avait jusqu’à présent pas tellement remarquées (Jacques Delors, éleveur de moutons malgré lui ?) Pour éviter de perdre ses derniers points de popularité, Nicolas Sarkozy n’avait donc d’autre solution que d’annoncer de nouvelles aides financières au monde agricole en crise. Incarnant, une nouvelle fois, la figure de la « grande semeuse » (d’argent public) très appropriée au Salon de l’Agriculture.

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio