Normal, vous avez dit normal ?

Mardi 03 juillet 2012 à 21h53


C’était le grand jour de Jean-Marc Ayrault et on n’en aura gardé qu’une petite impression. Peut-être est-ce l’exercice, finalement très convenu, de ce discours fleuve de politique générale, qui lasse, à l’heure où la « tweet mania » a remplacé la rhétorique politique. Que peut-on dire en 1h40 qu’on n’aurait dit en 140 signes ? L’impact s’en trouve évidemment dilué… Plus sérieusement, il faut admettre qu’Ayrault ne sort pas en héros de ces deux jours de séquence politique dont il était pourtant le protagoniste.

Hier, déjà, le « coup de l’audit » n’avait guère réussi. Pas facile d’instrumentaliser la Cour des Comptes quand celle-ci constate qu’il n’y a pas de cadavre dans les placards. Aujourd’hui, c’était l’ambiguïté de la posture du premier ministre qui frappait. Voulait-il jouer l’homme de la réconciliation nationale, du patriotisme transpartisan ? Mais alors, pourquoi paraître revanchard face à l’ère Sarkozy et au bilan Fillon ? Comme si le tout nouveau premier ministre était encore en campagne, comme si le Président de la République n’avait pas changé, comme s’il fallait rappeler « qu’on ne juge pas les hommes sur leur patrimoine. » Toutes ces allusions finaudes aux travers du sarkozysme n’ont fait qu’exciter la droite ; visiblement, elle n’attendait que cela pour s’esclaffer et gigoter sur ses bancs. Un peu convenu, là encore. Sur la forme, tout cela manquait de souffle. Normal, trop normal… Sur le fond, le doute reste permis. Ayrault sera-t-il rigoureux ? Rigoriste ? Lâcheur ? Ou laxiste ? Difficile à dire, tant ce discours peut se lire de diverses manières. En tout cas, il n’y aura pas de tournant, dit le premier ministre. Juste une ligne droite, mais quelle ligne ? “Aucune agence ne notera jamais notre rêve”, a-t-il glissé dans la seule phrase lyrique de ses 21 pages. Au fait, quel rêve ?

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

3 Réponses à “Normal, vous avez dit normal ?”

  1. L INFO DU COIN dit :

    C’est une première, l’humiliation est forte pour le malheureux et la gifle sévère pour Claude Bartolone s’est bien fait pour sa gueule il se fout de la tete des victimes de pedophilie sa lui apprendra nan !o)

Laisser un commentaire