Les 5 paradoxes du 6 mai

Lundi 07 mai 2012 à 0h13

1- Ce que Nicolas Sarkozy a le mieux réussi, c’est sa sortie. Un vrai beau discours, charismatique, classe avec le vainqueur, lucide sur son échec. Il en assume seul la responsabilité. Chapeau ! On se dit que cet homme ferait un bon président de la République…

2- Les sondages et la plupart des médias nous avaient habitués à l’idée d’un écart colossal au profit de Hollande, façon Pompidou contre Poher, une énorme vague rose qui déferlerait sur les marches de l’Elysée. Finalement, Nicolas Sarkozy n’est distancé que de 3 points. Pas cher payé, pour le prétendu ennemi public numéro un…

3- François Hollande a fait campagne sur le rassemblement, il a promis hier soir “qu’aucun enfant de la République ne serait relégué, discriminé”… et pourtant, il sera le premier président à demander aux Français de donner à la gauche tous les pouvoirs – Assemblée nationale comprise. Faute de quoi, lui n’en aurait plus aucun ! De président improbable, il deviendrait alors président impuissant. Peut-on penser que les Français décideraient de se faire eux-même cocus ?

4- La grande ambition de François Hollande est européenne. Modifier le dernier traité européen, faire plier Merkel et les “austéritaires”, comme dit le Front de Gauche, dans un joli néologisme un rien ségolénien. Voire même donner le signal d’un changement de pouvoir chez nos voisins, comme il en a lancé l’idée à la Bastille. Et le premier “geste” symbolique du nouveau président aura été pour la Corrèze, l’accordéon et l’ancrage local. La normalité, c’est donc la franchouillardise. Qu’on se le dise.

5- Sarko le conquérant, l’homme qui a gagné, en 2007, contre son propre camp, fracassant le mur des chiraco-villepinistes, réussissant à incarner la rupture après avoir participé à tant de gouvernements, Sarko, donc, aura été le plus bref président de la Vème République depuis 35 ans. Expédié plus vite que Giscard, quinquennat oblige. Justement: un quinquennat et puis rien ? Le futur ex-président s’est bien gardé d’insulter l’avenir : “Je resterai des vôtres, mais ma place ne pourra plus être la même.” Traduction ?

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Une réponse à “Les 5 paradoxes du 6 mai”

  1. scoop dit :

    un mouchard detecté sur le blog de caro actuellement : celui de l etat voyou p…o
    http://ih1.redbubble.net/image.24118661.8150/sticker,375×360.u3.png

Laisser un commentaire