Villepin, Bayrou bis

Mardi 06 avril 2010 à 8h32

On croyait que Dominique de Villepin, par haine personnelle et pour se venger du procès Clearstream, voulait faire la peau à Nicolas Sarkozy. Vision simpliste ! On n’avait pas compris qu’il visait en fait les décombres de la maison Bayrou. Rien de plus clair, pourtant, si l’on décrypte son intervention de dimanche dernier au Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro. Pour cela, il faut s’arrêter quelques instants sur le positionnement “gaullien”, qui sert d’abord à asseoir Villepin comme le “grand homme” des temps modernes (rappelons qu’il lancera son nouveau parti, pour le moment anonyme, le 19 juin prochain, lendemain des 70 bougies de l’Appel du 18 juin…).

Mais la référence à de Gaulle sert aussi à brouiller les frontières traditionnelles entre droite et gauche, ce qui correspond exactement au marketing politique de François Bayrou, avant la présidentielle de 2007 – avant qu’il n’entame son suicidaire virage à gauche. “Nous avons tous fait des efforts, nous avons constaté les limites de nos politiques respectives, a expliqué Villepin sur RTL. Aujourd’hui, il y a une synthèse possible“. Il faut pour cela que  “droite et gauche” se mettent d’accord “sur une série”des sujets”, comme “une politique de sécurité intelligente, une politique de réduction des déficits, ainsi qu’une réforme des retraites”.

Fin de bipartisme, rassemblement des hommes de bonne volonté : ce sont très exactement les thèmes de campagne de Bayrou Ier. Pas de doute, Villepin espère faire une OPA sur  les 18% que le candidat Bayrou avait obtenus, au premier tour de 2007, avant de dilapider consciencieusement son capital politique. Et ainsi, il pourrait accrocher Sarkozy à un croc de boucher !

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Laisser un commentaire