L’abstention est à tout le monde

Lundi 15 mars 2010 à 10h40

Vous avez dit abstention ? Oui, quand même, 53,6% des électeurs qui vont aux champignons, c’est beaucoup. Surtout qu’il n’y a pas de champignons à ramasser, en mars. Il n’y avait pas non plus de vacances scolaires, ni de météo propice aux excursions, ni de pulsion érotique liée à l’arrivée du printemps. Non, nous étions encore en hiver, il faisait (relativement) froid, il n’y avait vraiment rien de mieux à faire ce jour-là que d’aller voter. Aucune excuse à trouver du côté du hasard ou de la faute à pas de chance… Si les Français se sont massivement abstenus, le dimanche 14 mars, c’est vraiment parce qu’ils avaient décidé de le faire. C’était LEUR message politique à la classe politique : ras-le-bol de vous ! même pas cap’ de dire à quoi servent les régions ! même pas envie de voter CONTRE vous. Aussi déstabilisant qu’une femme lorsqu’elle quitte un homme sans avoir d’amant… Une vraie remise en cause.

Ladite classe politique, normalement, aurait dû s’en émouvoir. Mais pas du tout ! Bien sûr, chacun prenait un air navré devant cette désertion du devoir civique. Comme dans la parabole du fils prodigue – l’Evangile du dimanche 13 mars, justement ! – tous les candidats pensaient ouvrir leurs bras pour récupérer le citoyen pêcheur, au deuxième tour. C’est promis, on lui pardonnerait son écart. Un peu de prosélytisme entre les deux tours, et l’affaire serait dans le sac. Grâce aux abstentionnistes revenus dans le droit chemin, la gauche allait conforter son succès et, peut-être, donner à Martine Aubry le grand chelem dont elle rêve ; quant à la droite, elle y voyait une immense réserve de voix, dans laquelle il suffirait de puiser pour éviter la débâcle, dimanche prochain.

Mais voilà, les abstentionnistes sont libres. Ils n’appartiennent à personne. Ils font ce qu’ils veulent. Et quant à penser qu’ils pourraient se laisser séduire en une semaine de campagne, c’est quand même oublier un peu vite les raisons qui les ont poussés, justement, à se mettre en dehors de la vie de la Cité…

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Google Bookmarks
  • del.icio.us
  • Twitter
  • Wikio

Laisser un commentaire